La ferme coopérative

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 08
  • 09

Pour qui, Pourquoi Marcotte ?


 - Le projet -

Habituellement transmise au fil des générations, les exploitations agricoles peinent à se renouveler.
C’est particulièrement vrai pour les productions les plus contraignantes où les enfants d’exploitants s’orientent plus massivement que par le passé vers d’autres voies.
Pourtant, le soutien des consommateurs (citoyens) pour une agriculture de qualité ne faiblit pas, et interpelle un nombre croissant de personnes non issues du monde agricole (NIMA) souhaitant s’engager professionnellement en agriculture.

 Toutefois, le modèle d’agriculture en cours nécessite de s’installer et de s’engager financièrement pour de nombreuses années et ne correspond pas aux capacités et aux attentes des candidats NIMA.

Comment en effet se projeter dans une profession devenue complexe sans disposer de la confiance indispensable à tout projet?

 Face à ce constat, l’association se donne pour objectif la création d’une coopérative d’activités et d’emploi (CAE) réunissant divers entrepreneurs ayant décidés d’entreprendre autrement à partir d’un statut innovant : celui d’entrepreneur salarié permettant d’accompagner et de sécuriser les projets d’entreprise.

 Ce projet coopératif s’appuie sur deux entreprises existantes (Clos du Bourg à Saint-Saire et Clos du Mont Joyet à Critot). Ces deux entités toutes deux orientées vers la production cidricole ont fait le choix de préparer l’avenir, et mettent les moyens dont elles disposent au service de Marcotte - initiative qui a aussi reçu le soutien financier de la région Haute-Normandie.

 Déjà, l’activité se développe puisque Marcotte a accueilli ses premiers entrepreneurs et la production se diversifie avec les légumes cultivés de manière agro-écologique.

Nous comptons sur la solidarité des usagers, qui par le choix de leur consommation peuvent influer sur le devenir de l’agriculture locale.


 - Des terres bio et solidaires -

L’idée du projet Marcotte est d’apporter une réponse collective aux problématiques sociales et environnementales actuelles en décidant d’entreprendre autrement.

Nous avons envie de continuer le mouvement lancé autour d’une micro-agriculture cohérente, diversifiée, biologique, solidaire et humaine.
Nous avons envie d’un modèle inspirant pour les générations futures soucieuses de leur environnement et pour les consommateurs.


Nous avons envie d’un engagement local et d’un soutien fort pour qu’un projet tel que Marcotte puisse avoir des conséquences au-delà de nos montagnes brayonnes, en montrant que d’autres modèles agricoles sont possibles pour faire face à l’'agriculture productiviste, polluante, nocive pour les hommes et la nature.

C’est pourquoi nous sommes en réflexion autour de la mutualisation des moyens de production et de commercialisation en agriculture.

 - Une SCOP agricole -

 La SCOP -Société Coopérative et Participative- agricole de type CAE devrait permettre de répondre à ces envies pour que Marcotte devienne un lieu de regroupement de producteurs et d’autres porteurs de projets associés.

 La CAE - coopérative d’activité et d’emploi - permet de créer son propre emploi au sein de l’entreprise partagée Marcotte.
Chaque acteur bénéficie de services mutualisés au sein de la coopérative mais conserve son autonomie. Sa gestion est démocratique et sa finalité est d’être au service de ses membres.


La SCOP permet donc un regroupement de travailleurs indépendants mais salariés qui mettent en commun les moyens de productions. Le fait d’être associé-coopérateur permet, contrairement au statut de travailleur indépendant, d’avoir une meilleure couverture sociale. Chaque salarié-coopérateur verse une part de son résultat en « réserves », qui sont impartageables et servent à réaliser des investissements ou à traverser une période difficile (reversions en salaire si besoin).

-Marcotte et sa démarche-

 Des produits bio, locaux, de saison, toute l’année !

Vente en circuit court :
C’est pourquoi vente à la ferme ou livraison de panier frais.

A venir :
L'ouverture d’un magasin direct producteur/consommateur pour proposer une palette de bons produits à acheter au même endroit ! Fruits et légumes, viandes (poulet, agneau…), produits laitiers (yaourt, lait, beurre, crème, fromages…), épicerie (plats cuisinés bio, vins, bières, confitures, miel, farine, huile de colza…),oeufs... Parce que le moins d'intermédiaire possible nous paraît essentiel. Quand vous achetez en grande surface pour 10€ de fruits et légumes, sachez que 3€ va dans son fonctionnement et ses recettes. La vente directe permet d'éviter cet écart, tout en garantissant une fraîcheur "du champs à l'assiette".

Cultiver sur une petite surface :
Toute petite mécanisation, des frais de fonctionnement plus petits et des investissements réduits. Plus de soin manuel à apporter aux cultures mais compensé par une petite surface cultivée et une solidarité entre les producteurs de Marcotte.

Utiliser des savoirs et pratiques qui améliorent l'environnement plutôt qu'ils ne le détruisent :
Améliorer l'environnement du verger et sur le potager, c'est d'abord améliorer la diversité (culture sur buttes, engrais verts, purins, vivre avec les saisons…). Vendre localement et tisser une relation de confiance : les personnes qui souhaitent participer au projet sont aussi importantes que le producteur, c'est un projet commun! Cette relation garantit aux deux parties confiance, stabilité et juste équilibre qualité-prix. L’idée est d’essayer de sortir du prix du marché !

Travail coopératif entre producteurs :
Ce travail doit être fait avec différents producteurs qui ont la même vision du métier. Concrètement il s'agit de travailler certaines parcelles en commun, de regrouper les commandes (matériel, semences...) facilitant le travail et réduisant les coûts, tout en variant davantage les légumes dans le panier.


Mentions légales
Marcotte 2017